Qu’est-ce que la responsabilité élargie des producteurs (REP)?

Qu’est-ce que la responsabilité élargie des producteurs (REP)?

C’est un principe selon lequel les entreprises qui mettent sur le marché certains produits visés par des règlements provinciaux doivent s’assurer de mettre en place un système pour leur récupération et leur recyclage. Ce système doit être accessible et gratuit aux consommateurs.

 

Ceci garantit que les produits en fin de vie puissent être réutilisés ou convertis en un autre bien et que les matières dangereuses qu’ils contiennent ne contaminent pas l’environnement. La REP contribue aussi à la protection de nos ressources en permettant d’extraire moins de matières premières qui seraient requises par la fabrication de nouveaux biens.

Quelles sont les catégories de produits visés?

 

Les produits électroniques

Dans cette catégorie, on retrouve les ordinateurs, écrans et périphériques, téléviseurs, téléphones (cellulaires, sans fil et conventionnels), imprimantes, numériseurs, télécopieurs, caméras, etc. (voir la liste complète des produits électroniques recyclables).

 

Vos appareils fonctionnent encore ?

Vous pouvez leur donner une deuxième vie en communiquant avec une entreprise de réemploi approuvée par le Bureau de la qualification des recycleurs (BQR) et reconnue par le programme de l’Association pour le recyclage des produits électroniques (ARPE-Québec). Par exemple, Ordinateurs pour les écoles du Québec récupère vos équipements informatiques pour que les écoles, centres de la petite enfance, bibliothèques et organismes à but non lucratif puissent en profiter.

 

Appareils électroniques brisés

À la poubelle? Pas si vite! Vos appareils électroniques endommagés contiennent jusqu’à 90 % de composants qui peuvent être recyclés. De plus, ils contiennent des matières dangereuses qui ne doivent pas se retrouver au site d’enfouissement. Apportez-les à l’écocentre de votre municipalité ou à un autre point de dépôt.

 

De plus, certaines entreprises possèdent leur propre programme de récupération de leurs appareils. C’est le cas de Québecor et Bell.

 

Les piles et batteries

 

Ces produits n’ont pas non plus leur place dans les ordures ou le bac de recyclage. Que les piles soient rechargeables ou à usage unique, on doit les apporter dans un point de dépôt quand elles ne servent plus.

 

En Estrie, on peut par exemple les déposer aux bureaux de certaines municipalités et auprès de plusieurs commerces dont certaines pharmacies. Aussi, notez que l’entreprise Ikea récupère les piles rechargeables et non rechargeables qu’elle met sur le marché.

 

Pour ce qui est des batteries au plomb des automobiles, elles sont récupérées par la plupart des ateliers mécaniques, car le plomb peut être recyclé et réutilisé́ entre autres dans la fabrication de nouvelles batteries.

 

Mentionnons qu’actuellement, aucun recycleur n’est en mesure de traiter les batteries de véhicules hybrides et électriques au Québec.

 

Pour en savoir plus au sujet de la Responsabilité élargie des producteurs de piles et batteries, cliquez ici.

 

Les lampes au mercure

 

Que fait-on avec les tubes fluorescents, les lampes fluocompactes et autres types de lampes contenant du mercure lorsqu’elles ne fonctionnent plus? On les apporte dans un des nombreux points de dépôt qui en assurent le recyclage responsable. Parmi ces endroits, on retrouve les écocentres et plusieurs quincailleries.

 

Les peintures et leurs contenants

 

Cette catégorie vise les peintures, teintures, vernis, apprêts, laques, enduits protecteurs et tous leurs contenants, incluant les aérosols (voir une liste des produits acceptés). Ces produits doivent absolument être déposés à un point de dépôt pour être gérés de façon sécuritaire et responsable.

LE SAVIEZ-VOUS?
La peinture que vous apportez à un point de dépôt est envoyée vers une usine de traitement (située à Victoriaville) où elle sera filtrée et transformée en une nouvelle peinture qui sera mise sur le marché. Les contenants de plastique et de métal seront également recyclés en de nouveaux produits (bancs de parcs, tables à pique-nique, outils, vélos, etc.)

 

Les huiles, les liquides de refroidissement et les antigels

 

Dans cette catégorie, on retrouve les huiles minérales, synthétiques ou végétales servant à la lubrification, à l’isolation ou au transfert de chaleur pour véhicules ou équipements. On y inclut aussi les antigels, les liquides de refroidissement et tous les contenants des produits susmentionnés, incluant les contenants aérosols de nettoyants à freins.

 

Pour savoir comment disposer de ces substances correctement, on peut consulter le site de la Société de gestion des huiles usagées (SOGHU), l’organisme responsable de leur récupération et valorisation au Québec.

 

Aussi, certaines entreprises possèdent leur propre programme de récupération telles Crevier Lubrifiants, Canadian Tire, Safety Kleen et Paquet et fils (lubrifiants)

 

LE SAVIEZ-VOUS?
Quand une entreprise met sur le marché québécois des produits visés, elle doit s’assurer de :

1. Mettre en œuvre un programme de récupération et de valorisation.
2. Implanter une infrastructure de points de dépôt couvrant le territoire du Québec.
3. Développer un programme d’information, de sensibilisation et d’éducation.
4. Instaurer un programme de recherche et développement.
5. Amorcer et poursuivre une démarche de développement durable qui vise la planification d’actions permettant l’amélioration en continu des retombées sociales, environnementales et économiques.

 

Faites votre part!

 

La plupart des municipalités organisent une collecte annuelle de résidus domestiques dangereux (ex. : peintures, huiles usées, batteries, solvants, aérosols, lampes fluocompactes, etc.). Informez-vous auprès de votre bureau municipal.

 

Vous voulez trouver rapidement le point de dépôt le plus près de chez vous pour aller porter vos vieux pots de peinture, vos huiles usées, vos appareils électroniques, vos ampoules ou vos piles? Utilisez notre outil de recherche!

 

S’ils ne sont pas éliminés correctement, plusieurs produits que nous utilisons couramment peuvent présenter un danger pour la nature. Grâce à la responsabilité élargie des producteurs, des programmes pour les récupérer et les revaloriser existent… Utilisons-les!

17 mars 2020 / par /  

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *